Innovorder est une entreprise qui a développé une suite logicielle à disposition des restaurateurs. Elle intervient sur plusieurs aspects : la prise de commande, l’encaissement, la préparation, la fidélisation ainsi que le back-office qui permet de piloter l’application. Fondée en 2014, l’entreprise compte aujourd’hui 600 clients pour 55 employés et a levé 10 millions d’euros en juillet 2019. Anne-Sophie Karsenty, responsable des ressources humaines et Jérôme Varnier, co-fondateur et CEO d’Innovorder, vous livrent leur ressenti sur l’expérience Windoo.

Quel est votre rôle dans l’entreprise ?

Anne-Sophie : je suis responsable des ressources humaines. Mon rôle s’articule principalement autour de trois axes : le recrutement, la formation et l’expérience collaborateur.

Jérôme : Je suis le co-fondateur et CEO d’Innovorder. Je suis chargé de définir les objectifs d’Innovorder, d’établir le meilleur moyen de les atteindre et de garantir l’alignement entre les équipes.

Pourquoi avez-vous fait appel à Windoo ?

A-S : Nous souhaitions développer l’expérience collaborateur. Il est essentiel, pour ceux qui sont sur le marché du travail, de rencontrer une entreprise à l’écoute de leurs attentes. Les candidats sont de plus en plus sensibilisés au bien-être en entreprise ; faire appel à Windoo était donc un excellent moyen de développer notre marque employeur.

Jérôme : Grâce à Windoo, nous pouvons offrir la meilleure expérience possible à tous les employés. Il y a différentes manières de le faire. De notre côté nous cherchons à donner du sens aux missions des collaborateurs et nous faisons appel à Windoo pour proposer des activités à nos employés afin de créer du lien ainsi que des formations pour accompagner leur montée en compétences.

Quels programmes pratiquez-vous avec Windoo ?

Jérôme : Windoo nous accompagne de différentes manières. Nous faisons des activités régulières telles que du CrossFit mais aussi des activités ponctuelles pour nos soirées et nos séminaires. Nous suivons également des formations pour permettre à nos collaborateurs d’être plus à l’aise dans leur travail ! Des fruits sont aussi mis à disposition pour ne pas travailler le ventre vide et avoir une alimentation équilibrée.

A-S : Nous avons d’ailleurs un séminaire de prévu la semaine prochaine avec au programme : une activité top chef, du paint-ball et un blind-test live. Windoo arrive à répondre à nos besoins quels qu’ils soient, aussi bien pour des activités événementielles que pour des livraisons de fruits ou des cours de sport.

Quels sont les apports dans votre quotidien ?

A-S : Les deux principaux atouts sont de proposer des activités saines pour la santé et de créer du lien au sein de l’entreprise. Certaines personnes n’ont pas forcément l’occasion de se croiser au quotidien, c’est l’occasion rêvée ! C’est aussi idéal pour ceux qui souhaitent faire une activité en dehors du travail mais qui n’ont pas forcément le temps ni l’envie de ressortir de chez eux après leur journée de travail.

Excepté les activités Windoo, qu’est-ce qu’Innovorder met en place pour le bien-être de ses employés ?

Jérôme : Le bien-être au travail est un vaste sujet ; il passe par beaucoup d’éléments. Chez Innovorder cela va de la culture d’entreprise, qui met en avant des valeurs telles que la bienveillance et le respect, aux déjeuners d’équipe que l’on organise une fois par semaine. Nous essayons de mettre en place le plus d’événements possible pour créer du lien entre les équipes.

A-S : Récemment, nous avons organisé un potluck dinner ! Chacun ramène son plat préféré et tout le monde partage à table. Nous sommes dans le milieu de la restauration donc c’est vrai que, pour notre plus grand bonheur, la plupart de nos activités sont orientées autour de la nourriture (rires).

Que pensez-vous des spécialistes Windoo ?

A-S : L’avantage avec Windoo c’est qu’après chaque prestation il est possible d’évaluer les spécialistes ! Il est arrivé que nous ne soyons pas très enthousiasmés par un prestataire mais, suite à notre évaluation, Windoo nous a tout de suite contacté afin d’identifier le problème et a remplacé le spécialiste. Après quelques ajustements, nous sommes parfaitement satisfaits !

Selon vous, est-ce essentiel de développer ses soft skills dans le monde du travail ?

A-S : C’est très important pour le collaborateur. L’acquisition de soft skills lui permet dans un premier temps de se sentir plus à l’aise dans son poste mais aussi cela ouvre d’autres horizons et permet d’envisager une évolution professionnelle encore insoupçonnée.

Jérôme : D’ailleurs c’est un point que nous mettons en avant en entretien ! Ce que nous recherchons chez un candidat c’est d’abord ses soft skills, et ses valeurs. Ensuite viennent le potentiel de progression et les hard skills.

Vous avez fait une levée de fonds de 10 M d’euros : pensez-vous que l’engagement de vos collaborateurs est à l’origine de votre réussite ?

A-S : Cela y participe sans aucun doute car l’engagement favorise la « productivité » des gens. Je déteste ce terme parce qu’il nous détache de l’aspect humain. Mais ce que j’entends par là c’est qu’une personne qui s’épanoui dans ce qu’elle fait fournira toujours un travail de meilleure qualité.

Jérôme : L’engagement est à la base de l’aventure Innovorder. Dès le premier jour nous savions que pour réaliser nos ambitions malgré toutes nos difficultés il nous fallait concentrer notre énergie sur l’équipe. Même lorsque nous étions quatre, nous avons toujours pensé que le fait d’être engagé dans son travail était la clé pour réussir. Au début les activités et l’engagement des collaborateurs était traité de manière artisanale mais avec la croissance de l’entreprise, nous avons rapidement dû faire appel à Windoo.

Quelle est la suite pour Innovorder ?

A-S : L’ambition d’Innovorder est de devenir le leader européen dans la restauration. Nous intervenons déjà à l’étranger, à Bruxelles, au Luxembourg ou encore en Suisse. Nous souhaitons donc poursuivre avec nos clients mais aussi continuer vers l’internationalisation : il n’y a pas de raison de s’arrêter aux frontières françaises !

Jérôme : Nous souhaitons aussi toucher de nouveaux marchés et élargir notre activité à la restauration assise

Avez-vous préparé des activités pour engager vos collaborateurs dès la rentrée ?

A-S : La rentrée est un moment un peu particulier chez Innovorder car elle correspond à l’anniversaire de la création de l’entreprise ! Nous allons donc organiser une soirée pour les 5 ans d’Innovorder. C’est l’occasion de réunir les collaborateurs, les clients et les amis afin de partager un bon moment ensemble et de célébrer l’avancée de cette belle aventure.

Jérôme : Comme le dit Anne-Sophie, l’anniversaire d’Innovorder permet de commencer l’année sur de bonnes bases. Mais c’est surtout en fin d’année que nous travaillons sur l’engagement de nos collaborateurs avec un séminaire qui permet de faire le point sur l’année passée et de fixer les objectifs à venir.

Comment définiriez-vous la culture d’entreprise d’Innovorder ? Arrivez-vous à la conserver malgré la croissance de votre entreprise ?

A-S : La culture d’Innovorder repose d’abord sur des valeurs et sur la volonté de replacer l’humain au cœur de tout. La bienveillance, la transparence et le dépassement de soi sont les qualités requises pour faire partie de l’entreprise. L’idée est que les gens vivent une expérience individuelle mais aussi une expérience collective en travaillant chez Innovorder. L’autonomie y est le maître mot ! Nous accordons notre confiance par défaut à tous ceux qui rejoignent Innovorder.

Jérôme : On m’a toujours dit qu’avec la croissance de l’entreprise, les choses ne seraient plus pareilles et qu’il serait impossible de conserver cette atmosphère. Mais jusqu’à aujourd’hui nous y arrivons ! C’est un travail quotidien car il s’agit de transmettre les valeurs de l’entreprise et de faire adhérer les collaborateurs à la vision d’Innovorder. Mais la culture d’entreprise ne peut pas être mise en place de la même manière dans une entreprise qui compte 7 employés que dans une entreprise qui en compte 50 ou 100. L’essentiel pour moi est de rester transparent ! En tant que président de l’entreprise je fais en sorte de tenir mes collaborateurs au fait des décisions et de les impliquer dans le développement de l’entreprise.

Avez-vous un processus d’onboarding défini ?

A-S : Tout à fait ! Le processus d’onboarding commence avant l’arrivée du nouveau collaborateur chez Innovorder. Nous posons des questions à l’arrivant sur ses goûts - son plat préféré par exemple - et nous donnons des pistes aux autres collaborateurs lorsque nous annonçons son arrivée. Ça leur permet de d’échanger plus facilement et d’intégrer le nouveau collaborateur plus rapidement. Nous envoyons aussi un livre à la personne en lien avec ses centres d’intérêts accompagné d’une Welcome Card signée par toute l’équipe. L’arrivant comprend donc qu’il est attendu par toute l’équipe.

Il a également à ses cotés un « buddy ». Un parrain au sein de l’entreprise qui fait partie d’un autre pôle et qui n’a donc aucun lien hiérarchique avec l’arrivant. Le buddy est chargé de l’intégration du nouveau et l’accompagne dans son onboarding. Le premier jour il y a aussi systématiquement un déjeuner d’équipe dans un restaurant qui présente au menu le plat préféré du nouveau ! Le processus d’onboarding dure trois semaines ; ce qui permet au nouvel arrivant de découvrir tous les membres de l’entreprise ainsi que leur rôle chez Innovorder.

Selon vous, quel est la clé pour une soirée d’entreprise réussie ?

A-S : Il faut tout d’abord définir un thème ! L’essentiel pour moi tient dans la qualité du buffet et des activités. Organiser un petit concert sera toujours plus efficace que d’écouter une playlist toute faite. Il faut aussi rythmer la soirée avec des moments différents : une phase de networking pour développer son réseau mais aussi un moment plus détendu pour s’amuser et passer un bon moment.

Formez-vous vos managers aux nouvelles méthodes de management ?

Jérôme : Nous souhaitons continuer à les former sans pour autant tomber dans une organisation sans hiérarchie. Ce modèle a été vanté à un moment mais il ne fonctionne pas. Google en a d’ailleurs fait l’expérience et a supprimé les managers de l’un de ses pôles durant un an : la productivité s’est effondrée. L’essentiel est pour moi que le manager fasse partie de l’équipe. Il ne doit pas être en dehors et se contenter de donner des directives ; à mon goût, il doit être un leader plus qu’un manager.

Un baromètre RH va bientôt être intégré à la plateforme, allez-vous l’utiliser ?

A-S : Tout à fait ! Nous proposons déjà des sondages en interne par le biais de la plateforme Windoo pour prendre le pouls de l’entreprise et jauger l’engagement des collaborateurs. Il est essentiel d’avoir un outil de ce type pour avoir un retour anonyme, et donc franc, de la part des employés.

Êtes-vous satisfaits de la plateforme ?

A-S : Oui, très ! La plateforme permet un gain de temps considérable pour RH ainsi que pour notre office manager. Elle nous sert aussi pour la communication interne grâce à l’outil de sondage et à la boîte à idées.