La qualité de vie au travail séduit de plus en plus les entreprises et leurs collaborateurs. Mais il semble parfois difficile d’être innovant et de se détacher du classique panier de fruit accompagné d’un cours de yoga sur le temps du midi. Pour se démarquer, le plus efficace est de jeter un coup d’œil aux pratiques mises en place dans d’autres pays ! La QVT étant un phénomène culturel, les tendances varient en fonction du lieu de l’entreprise. Il est temps de s’inspirer des solutions déployées à l’étranger pour l’épanouissement des collaborateurs.

La Finlande, leader de la santé au travail

La Finlande se démarque sur le sujet de la qualité de vie au travail ! Ses collaborateurs disposent de nombreux avantages qui leurs permettent de s’épanouir dans la sphère professionnelle et selon une étude de la commission Européenne, 84% des actifs finlandais se disent satisfait de leur quotidien professionnel. Alors que le télétravail commence à séduire une majorité des actifs français, 32,9% des finlandais y avaient déjà accès en 2010. Selon l’étude du cabinet Gartner, la Finlande se plaçait alors en tête du classement européen. Une tendance non-négligeable quand on sait que le télétravail permet de supprimer le temps de transport ! De plus, 96% des télétravailleurs estiment être plus efficaces lorsqu’ils travaillent depuis chez eux. En résumé : moins de fatigue, moins de pollution et plus de productivité !

Mais les mesures visant à améliorer les conditions de travail des finlandais sont nombreuses. La Finlande est rentrée en lutte contre les accidents du travail. Afin de préserver la santé des collaborateurs, ce sont les formations et l’aménagement des espaces de travail qui sont privilégiés. Ainsi, 76% des salariés finlandais sont formés sur le sujet de la santé et de la sécurité au travail. Les précautions à prendre sont clairement identifiées et intégrées au quotidien. Aussi, la Finlande s’oppose à l’exclusion des séniors et cherche à les intégrer dans le monde du travail : 35% des actifs finlandais déclarent que leurs locaux ont été aménagés pour faciliter le travail des personnes âgées.

Le Danemark et sa passion pour l'arbedjdsglaede !

Le Danemark figure parmi les pionniers de la qualité de vie au travail et ce n’est pas sans raison. La QVT est en effet une institution dans ce pays et un mot en danois a même été créé pour désigner le bien-être au travail : « arbedjdsglaede » ! C’est tout d’abord par le management que nos amis danois entendent améliorer la qualité de vie au travail et permettre aux collaborateurs de s’épanouir. Au Danemark, c’est le Slow Management qui prédomine. Ce modèle de management vise à développer l’épanouissement des salariés par un travail d’équipe, un soutien constant de la part de la hiérarchie et la volonté de prendre le temps nécessaire pour que les projets soient menés à bien.

Aussi, le Danemark lutte contre la tradition du présentéisme. Quitter le travail après 17h, et plus généralement le fait de rester en dehors de ses horaires de bureau, est mal perçu. Cela n’est en effet pas un signe d’implication mais la preuve que le salarié n’est pas assez efficace pour s’acquitter de ses tâches sur son temps de travail.

Quand la Chine se réveillera...

Lorsque l’on pense Qualité de Vie au Travail, la Chine n’est pas le premier pays qui nous vient en tête et à raison ! Entre les châtiments corporels et les multiples interdictions, on ne peut en effet pas dire que la Chine est un modèle de QVT… Cependant, une tradition chinoise mériterait de se développer dans le monde : la sieste au travail ! Les salariés chinois ont l’obligation de faire une sieste dans leur journée de travail pour renforcer leur productivité. Sans aller jusqu’à forcer les collaborateurs à dormir, il serait bon de leur en donner la possibilité. Quoi de pire que d’avoir les paupières lourdes à 15h et de regarder l’horloge avancer au ralenti ?

Et si vous doutez des bienfaits de la sieste, sachez que c’est une pratique courante pour la NASA qui, après une étude poussée, a affirmé que ses pilotes étaient "beaucoup plus alertes et performants" après une sieste de seulement 25 minutes !

Les Etats-Unis : pour la responsabilisation des collaborateurs

Berceau de la qualité de vie au travail, les Etats-Unis s’avèrent toujours en avance au sujet du bien-être en entreprise. Ce qui fait la particularité de nombreuses entreprises aux USA est la responsabilisation des collaborateurs. Ainsi, dans certaines sociétés ce sont les employés qui fixent leurs propres objectifs et élisent leur leader. Un bon moyen d’éviter le burn-out et de garantir la légitimité du dirigeant. Dans cette même dynamique, de plus en plus d’entreprises appliquent la règle du 1/5. Le principe est simple : 20% du temps de travail est dédié à des projets personnels. Les collaborateurs peuvent ainsi vaquer à leurs occupations quand ils sentent que leur productivité diminue. Utilisée chez Google, cette méthode s’avère très efficace car elle stimule la créativité des employés.

Mais si cette politique de management vise à responsabiliser les employés, elle les accompagne aussi dans la défaite ! Aussi, des « fêtes de défaite » sont organisées après un échec. Un bon moyen de ne pas se démoraliser et d’apprendre à rebondir quand tout ne se passe pas comme prévu.

Les Pays-Bas contre la discrimination

Les Pays-Bas se positionnent en tant que leader de la qualité de vie au travail. En effet, Selon l’étude Workforce View in Europe réalisée en 2017 par ADP, les actifs hollandais sont les plus optimistes d’Europe en ce qui concerne leur environnement professionnel. 85% d’entre eux se disent confiant en l’avenir, ce qui reflète un bien-être global dans leur travail. Le niveau de stress est l’un des plus bas d’Europe. Seulement 1 actif sur 10 se dit stressé au travail contre 4 sur 10 en Italie.

Le point sur lequel les Pays-Bas se distinguent est la lutte contre la discrimination. Selon ce même sondage, les hollandais se sentent rarement discriminés dans le monde du travail : seulement 21% d’entre eux ont déjà ressenti une discrimination contre 42% en Italie et 37% en France.