Carlos est un formateur spécialisé en soft skills. Après une carrière de plus de dix ans en entreprise, il a décidé de se reconvertir et de se lancer dans sa passion pour la communication. Membre de l’International Coach Federation, Carlos accompagne également les équipes pour leur permettre d’optimiser leurs performances. Spécialiste chez Windoo, il a accepté de répondre à nos questions.

Depuis combien de temps travaillez-vous avec Windoo ?

J’ai commencé à travailler avec Windoo l’année dernière. J’ai rencontré l’un des collaborateurs lors d’une conférence et il m’a proposé de venir présenter mon activité à l’équipe. Le contact est très bien passé ! Ils étaient intéressés par ce que je faisais et de mon côté j’ai compris que Windoo serait pour moi un excellent partenaire.  

Pouvez-vous résumer vos différentes activités ?

J’ai trois casquettes différentes. J’anime des ateliers soft skills sur différents sujets comme la prise de parole en public. Les soft skills sont des compétences personnelles et transversales qui sont très demandées dans le milieu professionnel. Je suis aussi coach d’équipe en entreprise. Mon but est de booster les performances d’une équipe. J’accompagne donc des groupes sur les sujets de la cohésion et de la communication. Et enfin, je suis hypnothérapeute !

Quel a été votre parcours ?

J’ai travaillé en entreprise pendant dix ans et j’ai remarqué que j’avais des compétences pour fédérer, animer des réunions et plus généralement parler. Parce qu’en entreprise, malheureusement, on parle peu. Il s’avère d’ailleurs que dans 95% des cas, les problèmes au sein d’une équipe viennent d’un manque de communication ou d’une mauvaise approche. Tout se passait donc très bien pour moi avec mes collaborateurs, mes partenaires et mes clients. Comme le travail d’équipe et la communication me passionnent, je me suis formé dans de nombreux domaines jusqu’à devenir coach professionnel. Je ne pouvais pas adopter cette posture en entreprise et je sentais que j’étais plus compétent en tant que coach : j’ai donc décidé de changer de voie.

Selon vous, quels sont les points essentiels pour faire performer une équipe ?

Selon moi il y a trois aspects essentiels. Le premier est la connaissance de soi. Chaque membre de l’équipe doit se connaître et savoir quel est son rôle exact au sein du groupe. Le deuxième est la nécessité de connaître l’autre. Chaque individu a une méthode de communication qui lui est propre. Il faut connaître les modes de communication de ses collègues pour pouvoir mieux les comprendre et gagner en efficacité. Enfin, le troisième point est externe et intervient en cas de dysfonctionnement ou simplement d’un désir d’amélioration. L’équipe doit être accompagnée dans la durée pour maximiser ses performances. Un regard extérieur permet de repérer les limites et les dysfonctionnements d’une équipe. Il est très difficile de remarquer les failles lorsque l’on est intégré à une équipe.

Vous faîtes du stand-up. Recommandez-vous cette activité pour améliorer ses compétences en communication ?

Tout à fait. C’est un excellent outil au quotidien ; d’autant plus pour un formateur. Lorsque l’on fait du stand-up, il y a ce que l’on appelle le quatrième mur, le mur de verre. C’est ce qui sépare celui qui fait la performance du public. Cette barrière est en quelque sorte déshumanisante pour le performeur ; mais il n’y a ici rien de péjoratif. En réalité, celui qui monte sur scène doit laisser sa vie personnelle derrière-lui. Les états d’âme n’ont pas leur place lors d’une représentation. C’est un excellent moyen d’apprendre à donner le meilleur de nous-même pour les gens qui nous font face. Et c’est ce que l’on doit reproduire lorsque l’on anime une réunion ou une formation. Le stand-up apprend aussi à rebondir et à ajouter de l’humour à son quotidien. Les gens ne rient pas assez !

Quel conseil donneriez-vous pour gérer ses émotions avant de prendre la parole en public ?

J’enseigne plusieurs techniques pour se mettre en condition avant de prendre la parole en public. La plus simple ne prend que quelques minutes et est très efficace. Il suffit de se mettre debout, de rester bien droit avec les bras le long du corps et de respirer cinq fois. Mais chaque inspiration doit durer cinq secondes, de même pour les expirations. Il faut bien sûr respirer avec le ventre. C’est physiologique : le corps ne peut pas tenir le niveau de stress avec une respiration lente. Ça ne peut donc que marcher !

Et auriez-vous un conseil durant la prise de parole ?

Il y a une astuce : marquer un silence au tout début de la prise de parole en public. Avant le début d’une conférence ou d’une réunion, les gens ont toujours tendance à parler. Il faut alors montrer que l’on va prendre la parole et une fois que le silence est fait, le laisser durer trois à quatre secondes. C’est une technique employée par tous les conférenciers professionnels. Durant le silence il faut balayer l’auditoire, regarder rapidement les gens dans les yeux. C’est un premier contact avec l’audience, cela donne une puissance accrue dans la prise de parole. C’est le principe de la gestion des silences. C’est un signe d’autorité inhérent qui donne une certaine légitimité à celui qui s’apprête à prendre la parole.

Vous enseignez aussi l’auto-hypnose, c’est un autre moyen de gérer son stress ?

J’ai appris l’auto-hypnose quand j’étais enfant. A l’époque j’étais hyper-actif et très stressé. La gestion des émotions est très compliquée chez un hyper-actif. L’auto-hypnose permet de s’accompagner soi-même sur la durée. En effet, c’est très efficace pour apprendre à gérer son stress. J’ai été amené à faire une conférence devant mille personnes. C’était un exercice difficile. L’auto-hypnose m’a beaucoup aidé dans ce cas précis.

Pour un expert en communication et en hypnose, le quotidien est-il plus simple ? Concrètement, dans un couple, l’expert en hypnose, c’est celui qui ne range jamais le lave-vaisselle ?

(Rire) Ce serait assez malveillant ! L’avantage de ma position est que toutes mes relations avec mes clients et partenaires sont harmonieuses. J’essaye d’appliquer tout ce que j’enseigne dans mon quotidien. La bienveillance, l’absence de jugement et la confiance doivent être des valeurs de vie. C’est très difficile à appliquer au quotidien mais si on arrive à intégrer ces valeurs à notre vie, les relations s’en trouvent améliorées.

Vous êtes expert en communication, les langues doivent donc vous passionner ?

En effet, j’aime beaucoup apprendre de nouvelles langues. Je trouve ça particulièrement enrichissant. Je parle couramment le catalan, l’espagnol, le français et l’anglais. J’anime d’ailleurs des formations dans toutes ces langues. J’ai aussi de bonnes bases en italien et en portugais ! J’ai aussi pris des cours de chinois et de grec mais j’ai dû mettre ça de côté par manque de temps.

Auriez-vous une anecdote à raconter ?

Quand je démarre un atelier, je fais toujours un tour de table afin d’établir un premier contact. Je demande aux participants de me donner leur prénom, leur(s) problématique(s) majeure(s) et leurs attentes. Les réponses sont parfois assez surprenantes… Une personne m’a déjà dit qu’elle espérait que la formation allait lui servir à s’améliorer sur le plan de la séduction. Je dois avouer que je ne m’y attendais pas vraiment (rire). Mais, blague à part, il faut bien reconnaître que la communication permet de s’améliorer dans de nombreux domaines !

Durant les formations, les managers sont-ils présents avec leurs collaborateurs ?

Oui, ce sont des équipes hétérogènes ! Dans la plupart des cas les managers sont présents. Et c’est un point essentiel : il faut analyser les rapports entre l’équipe et le leader. Pour qu’une équipe soit performante il faut que les membres soient efficaces mais il faut absolument que le manager garde son leadership et qu’il porte son équipe.

Que pensez-vous du service Windoo ?

C’est l’idéal pour moi ! C’est un outil de prospection extrêmement puissant. Windoo me permet de trouver des clients plus facilement. Mais aussi la plateforme digitalisée permet de gagner un temps non-négligeable. Le problème des intermédiaires est, en général, qu’il faut prendre beaucoup de temps pour s’organiser, et avec Windoo ce n’est pas le cas. Les propositions de formation sont claires, la date, le lieu, le type d’atelier et le public sont clairement affichés : il y a une grande visibilité. Le paiement est aussi pris en charge par la plateforme digitale. Tout est automatisé, c’est très simple d’utilisation.