« De la musique avant toute chose » ordonnait Verlaine. Rien, selon le poète, ne peut égaler le quatrième art, pas même le travail (sauf pour les musiciens, bien entendu) ! Rassurez-vous, je ne vais pas vous conseiller de quitter votre emploi pour partir faire du jazz dans un vieux bar de la Nouvelle Orléans. Selon une étude menée par LinkedIn et Spotify, 79% des français affirment que la musique stimule leur productivité en entreprise. Pourtant, certains managers n’acceptent pas que leurs collaborateurs utilisent leurs écouteurs au bureau ! Peut-on vous empêcher d’écouter de la musique au travail ? Quels sont les titres à écouter pour augmenter son efficacité ? L'équipe Windoo répond à vos questions.

Une cause de licenciement : Should I stay or should I go ?

Avant même de débattre sur les bienfaits potentiels de la musique en entreprise, il faut savoir si vous avez le droit d’en écouter. Halte au suspens : la réponse est oui ! En effet, selon l’article L 1121-1 du Code du travail, « nul ne peut apporter aux droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives de restrictions qui ne seraient pas justifiées par la nature de la tâche à accomplir ». Et si restrictions il y a, elles doivent figurer dans le règlement intérieur de l’établissement, sans quoi elles n’ont aucune légitimité. Un employeur ne peut donc interdire à un collaborateur d’écouter de la musique sur son lieu de travail à condition que cela ne le gêne pas, ni ne le mette en danger dans la réalisation de son activité. Un serveur par exemple ne saurait exercer convenablement avec des écouteurs dans les oreilles. Ce serait un manque de respect vis-à-vis du client et un handicap certain pour entendre les balbutiements propres au consommateur parisien, submergé par l’hésitation entre l’escalope normande et le petit salé aux lentilles. Mais ne nous voilons pas la face, dans certains cas un regard suffit à faire comprendre que les AirPods ne sont pas les bienvenus au bureau. Dès lors, difficile d’aller à l’encontre du jugement tacite, même si vous êtes dans votre bon droit. Mais si certains collaborateurs sont encore convaincus que la musique est une source de distraction : ce n’est pourtant pas l’avis des chercheurs.

Distraction ou performance : (I Can’t Get No) Concentration ?

La première étude sur le sujet de la musique en entreprise a vu le jour en Angleterre, en 1972. Réalisée en usine dans le cas de tâches répétitives, elle démontrait que la musique avait un fort impact sur les salariés soumis au test, qui étaient alors bien plus efficaces que les autres. En France, c’est Hervé Platel, un chercheur en neuropsychologie à l’université de Caen, qui a grandement contribué aux recherches dans ce domaine. Il explique que lorsque l’on écoute de la musique cela stimule l’hippocampe : la région du cerveau liée entre autres à l’apprentissage et à la mémorisation. Or plus la mémoire est stimulée, plus elle est performante ! Ecouter de la musique serait donc bénéfique dans le travail.

Mais des études plus récentes affirment que la musique n’agit pas directement sur la performance des collaborateurs. C’est en réalité sur leurs émotions qu’elle a un impact. Or un collaborateur heureux est un collaborateur efficace ! Dès lors, cela interroge le type de musique qu’il faut écouter pour une plus grande efficience.
Selon une étude menée en 2005 par l’université de Windsor, seules les mélodies composées sur le mode majeur – ce qui serait une preuve de gaité - augmenteraient la productivité des collaborateurs. Les mélodies joyeuses agiraient sur la production de dopamine et auraient donc des effets positifs sur les collaborateurs.

Quel type de musique écouter : Toute la musique que j’aime ?

Au niveau du style, il n’y a aucun interdit. Rock, jazz ou encore classique : l’essentiel est d’écouter la musique que vous aimez, qui vous inspire, vous motive et vous donne le sourire. Le fait d’écouter des chansons que vous connaissez déjà permettra de ne pas détourner votre attention : vous ne serez ainsi pas surpris par la mélodie. Dans l’idéal, mieux vaut également préférer les chansons instrumentales ou dans une langue que l’on ne comprend pas. Vous n’aurez ainsi aucun risque de vous concentrer sur les paroles.

Et si jamais vous n’avez pas d’inspiration, il existe des playlists toutes faites spécialement dédiées au travail. Vous pourrez en trouver sur différents médias tels que YouTube ou Spotify : cela vous évitera d’avoir à chercher un nouveau morceau toutes les deux minutes et ainsi, de perdre en efficacité.

Plaidoyer pour la musique en entreprise

Alors qu’un brouhaha constant a envahi notre quotidien, la musique apparaît comme la solution pour faire taire la rumeur assourdissante des open-spaces. Elle est un moyen de s’isoler, de rester concentré dans un espace qui nous est propre. Et pourtant, quoi de mieux pour se rapprocher de ses collaborateurs ? La mondialisation a bouleversé nos environnements de travail. Il est aujourd’hui courant d’avoir un collègue anglophone ou hispanophone et la musique peut être un moyen de dépasser la barrière de la langue. Une étude menée par Cornell University affirme qu’écouter des musiques entrainantes lors de travaux de groupes améliore les dynamiques d’échanges entre les collaborateurs. C’est pourquoi la musique est souvent utilisée lors de team buildings avec des sessions Blind Test ! De plus en plus d’entreprises mettent également des instruments à disposition de leurs collaborateurs.
Malheureusement, cela signifie qu’il y aura sans doute quelqu’un pour jouer Wonderwall ou Stairway To Heaven tous les midis…

Il n’y a pas de loi générale par rapport à la musique en entreprise. Même si les études désignent des tendances en fonction des individus, nous avons tous un fonctionnement différent et il sera pour certains absolument impossible de se concentrer en musique. Elle doit donc rester un choix, une possibilité pour les salariés dont les performances sont stimulées par la musique.

Liste non-exhaustive des titres écoutés durant l’écriture de cet article