Vous ne rêvez pas, la pantoufle devient un accessoire du bien-être au travail ! Pour l'aspect mode on repassera, mais qui n'a jamais eu envie de travailler dans le confort de ses charentaises ? Il y a encore quelques temps, aller travailler en pantoufles relevait pourtant du mauvais rêve...

Vous vous souvenez d'avoir fait ce cauchemar ? Les analyses sont unanimes et peu flatteuses : il dénote un certain manque d'ambition (ou un manque d'ambition certain, on ne sait plus trop). Dès lors, inutile de dire que la pantoufle rencontre des difficultés à s'imposer dans le monde de l'entreprise ! Ses détracteurs rejettent les "pantouflards". Et si le pantouflard n'était plus le paresseux, celui qui n'en fait pas assez pour l'entreprise ? S'il devenait celui qui veut bien travailler mais à condition que ses orteils soient dorlotés ?

La pantoufle... vraiment ?

Dans une courte vidéo, publiée en 2013, l'agence de communication Cabarey annonçait avoir trouvé LA solution pour augmenter la créativité de ses employés. Au court d'un intense brainstorming, l'idée était venue d'elle-même. Si certains qualifiaient cette trouvaille "d'éclair de génie", on peut sans doute aller jusqu'à parler d'épiphanie. Travailler en chausson, la gloire de l'homme moderne selon l'agence ! Bien entendu, cette vidéo était un canular... Cette parodie, très bien réalisée, a réussi à berner de nombreux sites spécialisés et a ainsi occasionné un buzz phénoménal. Elle avait pour but de se moquer des tendances de management tout droit venues des Etats-Unis, orientées vers le bien-être des employés. Les pantoufles en entreprise étaient donc une blague désopilante en 2013 ; mais qu'en est-il 6 ans plus tard ?

Rira bien qui rira le dernier...

Ce n'est pas sans surprise que l'on a pu découvrir, quelques années plus tard, que plusieurs entreprises, faisant fi des moqueries, se sont laissées tenter par les chaussons. C'est d'abord Shoegarden qui a soutenu le projet. La société anglaise de chaussures (spécialiste du bonheur orthopédique) soutien que le fait de travailler dans des conditions confortables améliore la créativité et l'efficacité. Et les résultats sont flagrants selon le porte-parole de la marque ! Suivant la tendance, 60 dirigeants et membres de comités de direction se sont réunis en novembre 2017 pour "inventer les dirigeants de demain" en chaussons. On comptait parmi eux des représentants d'Air France, Orange ou encore Norauto. Les chaussons obligatoires ne visaient pas un but de confort mais plutôt la volonté d'encourager "l’humilité, le partage, l’écoute et la bienveillance". Selon les participants interrogés, cette idée cocasse mais sympathique a été un succès. Travailler en chaussons, au-delà du confort physique, c'est aussi relâcher la pression, être à l'aise. Ce qui ne signifie pas pour autant manquer d'ambition ou ne pas travailler sérieusement. Tout est possible à partir du moment où les collaborateurs ne se laissent pas aller et n'oublient pas que le bien-être au travail n'exclut pas le travail ! Et s'il suffisait simplement de dépasser ses a priori ? Bien entendu, vous n'irez pas à votre prochain rendez-vous commercial en chaussons (nous non plus, rassurez-vous !) mais pourquoi pas en interne ? Nous passons plus de temps au bureau que chez nous, si l'on ne compte pas les phases de sommeil. Alors pourquoi ne pas s'autoriser un petit peu de confort ?

Une remise en question de la qualité de vie au travail

Derrière la parodie de Cabarey se cache quelque chose de plus profond. C'est une remise en question du management tourné vers le bien-être des collaborateurs. Encore aujourd'hui, pour certains, la problématique de la qualité de vie au travail est superficielle. Quand une partie de ses détracteurs juge ces questions dénuées de sens, l'autre lui reproche de tenter d'amadouer les employés pour mieux les asservir : "Une garderie sur mon lieu de travail ? Un prétexte pour que je quitte plus tard !" Et si la qualité de vie au travail s'occupait... de la qualité de vie au travail ? En effet, les propositions avancées pour le bien-être en entreprise ne peuvent en aucun cas remettre en question les horaires décidés sur un contrat de travail. Il semble malheureusement qu'il soit difficile pour certains d'accepter l'idée selon laquelle le rendement économique va de pair avec le bien-être des employés. L'équation selon laquelle le développement de l'entreprise ne peut se faire qu'aux dépends du salarié n'a jamais fonctionné, il est alors temps de réconcilier les sociétés et leurs collaborateurs. De plus, la méfiance envers la qualité de vie au travail ne rendra la tâche que plus complexe aux Chief Happiness Officer bien intentionnés qui ont déjà parfois du mal à se faire une place dans l'entreprise !

Et si l'idée de la pantoufle vous sidère, pensez que dans certaines entreprises, les talons sont obligatoires pour les femmes : il est peut-être temps de changer ça, non ? Pardonnons aux chaussons leur aspect trivial pour entendre leur message : venez comme vous êtes.