La réforme de la formation professionnelle, un des pendants de la loi "Avenir professionnel", est entrée en vigueur le 1er Janvier 2019. Son but est de rendre les actifs maîtres de leur projet professionnel. La Team Windoo décrypte pour vous l'état actuel de la formation dans le monde du travail.

1/ Formations au travail : pourquoi développer ses compétences personnelles ?

L’univers de la formation au travail évolue à grand pas avec l’intérêt croissant des entreprises pour les soft skills. Ces compétences peuvent être définies comme des savoir-être et relèvent des qualités personnelles telles que la créativité ou la gestion d’équipe. C’est en cela qu’elles viennent s’opposer aux hard skills : des savoir-faire démontrables, tels que la maîtrise d’Excel. Les soft skills sont souvent associés à l’intelligence émotionnelle et sont ainsi utiles à des postes variés. C’est pourquoi les recruteurs sont aujourd’hui très attentifs à ces compétences qui permettent une grande agilité dans l’entreprise. On constate même qu’elles prennent le pas sur les hard skills : selon l’étude « le recrutement en 2017 » publiée par RégionsJob, 82% des DRH interrogés accordent plus d’importance aux soft skills qu’à l’expérience et aux diplômes. Les formations soft skills se développent de plus en plus et participent à l’amélioration du bien-être au travail des employés en leur permettant de développer des compétences essentielles dans leur activité.

2/ La prise en charge des formations : comment ça marche ?

Toute entreprise est dans l’obligation de participer au financement de formations pour ses employés. Jusqu'à cette année, les sociétés cotisaient chaque mois auprès d’un OPCA (Organisme Paritaire Collecteur Agréé) et devaient verser une somme fixée sur la base d’un pourcentage de la masse salariale de l’entreprise.  Lorsqu’une société souhaitait proposer une formation à ses salariés, elle devait la faire valider auprès d’un OPCA et était ensuite remboursée du coût de la formation. L’OPCA avait donc un rôle de conseiller ; il participait à l’élaboration des formations et à leur financement. Il est important de rappeler que si une entreprise cotisant auprès d’un OPCA ne sollicitait aucun financement de formation durant l’année, elle ne pouvait récupérer ses cotisations. Celles-ci étaient reversées à d’autres entreprises.  

3/ La réforme de la formation professionnelle

La réforme de la formation professionnelle est entrée en vigueur le 1er janvier 2019. Elle a pour but de faire gagner les actifs en autonomie et de les laisser maîtres de l’évolution de leur parcours. Jusqu’à maintenant le compte personnel de formation (CPF) permettait aux travailleurs de cumuler 24h par an afin de financer une des formations éligibles. A présent cette cotisation ne se fera plus en heures ; les actifs pourront cumuler 500 euros chaque année. Mais surtout, cette réforme signe la disparition des OPCA qui seront remplacés par les OPCO (Opérateurs de Compétences). Toutefois, la réforme reste floue quant aux montants des cotisations aux OPCO versés par les entreprises. Ne sachant pas dans quelle mesure la réforme va impacter le fonctionnement actuel des formations au travail, il est encore possible de s’engager pour des formations durant le premier trimestre avant la restructuration définitive du système. L’avantage d’être accompagné par des professionnels est de bénéficier d’un accompagnement sur mesure qui répondra à vos besoins. Ainsi, vous éviterez de vous perdre dans l’aboutissement du nouveau processus.

La Team Windoo s’engage à vous accompagner dans toutes les démarches afin de vous faciliter la tâche dans la recherche, l’organisation et le financement d’une formation.